Comment se réconcilier avec son enfant intérieur

Avez vous parfois l’impression de manquer de confiance en vous? manquer parfois de recul face aux épreuves de la vie et de vous sentir souvent angoissé sans vraiment en connaitre l’origine?

Et si certaines blessures d’enfance vous empêchaient de construire sereinement votre vie d’adulte?

En chacun de nous se trouve un enfant qui souffre. Beaucoup d’entre nous avons connu des périodes difficiles, parfois même très perturbées durant l’enfance. Pour nous protéger de cette souffrance, la seule solution que nous ayons trouvée a été d’oublier ces épisodes douloureux.   

Le cerveau crée un filtre qui retient ces expériences difficiles au plus profond de notre inconscient.  Nous pouvons passer de très longues années voir toute notre vie à négliger cet enfant blessé et cela a en principe des répercussions négatives sur notre vie adulte.

Pourtant ce n’est pas parce que nous l’ignorons que cet enfant n’est pas là. Bien au contraire. Il est bien là, attendant que nous lui prêtions enfin de l’attention. « Je suis là, je suis là, tu ne peux m’ignorer plus longtemps, tu ne peux me fuir plus longtemps « 

Désireux d’atténuer notre peine, nous refusons de l’entendre et nous le fuyons. Plus nous fuyons et plus la souffrance grandit et elle se prolonge.

Alors que faire quand nous sommes dans cette situation?

La première chose à faire est de reconnaître cette souffrance et d’en être conscient. Cet enfant a été sévèrement blessé, il est là et il a vraiment besoin de vous. L’ignorer davantage ne ferait que prolonger notre souffrance. En faisant cette démarche nous contribuons à déclencher un processus d’auto guérison.

Dès l’instant ou nous prenons conscience de l’existence de son enfant intérieur blessé, notre compassion pour lui peut grandir et c’est alors que nous pouvons commencer à libérer cette énergie bloquée depuis trop longtemps et la transmuter en énergie guérisseuse et force positive.

Le monde dans lequel nous vivons est très exigent et nous pousse bien souvent à « nous mettre de coté » jusqu’à l’oubli. Il peut paraître plus facile de se dire « J’ai eu une enfance difficile » « J’ai effectivement souffert » mais tout cela est du passé et je n’y peux rien ». Détrompons nous. Non seulement ce passé finit par nous rattraper mais influence bien plus que nous le pensons notre vie actuelle. Manque d’audace, peur de prendre des décisions, manque de confiance en soi, générant des regrets pour la suite…

Et si le fond du problème était là?

Première clé: Prendre conscience de la souffrance de son enfant intérieur qui est une part importante de soi et assumer.

Deuxième clé: L’écoute: Quand nous parlons d’écoute compatissante, nous pensons généralement qu’il s’agit d’écouter quelqu’un d’autre. Nous devons avant tout nous écouter nous même. Ecouter ce murmure cette petite voix qui nous demande de l’aide.

Troisième clé: Parler à son enfant intérieur.Lui exposer ce que nous ressentons, s’excuser auprès de lui, lui dire que nous sommes désolés de l’avoir négligé….lui demander pardon et surtout le rassurer, lui dire que nous allons prendre à partir de maintenant grand soin de lui.

Avec la pratique, nous découvrons que cet enfant blessé n’est pas seulement nous, il peut aussi représenter plusieurs générations et lignées familiales que nous portons dans nos gênes en guise d’héritage. Nos parents ont peut être soufferts eux aussi. Le fait de parler de l’importance de  son « enfant intérieur » est assez récent et les générations passées n’avaient pas tous les outils dont nous disposons désormais. La période est donc tout à fait propice pour travailler sur soi et par la même occasion nettoyer et libérer les lignées familiales passées et futures.

Extraits de l’excellent livre: Prendre soin de l’enfant intérieur de Thich Nhat Hanh